myjolieflower

Mode Beauté Lifestyle
Beauté

L’épilation définitive au laser : mon expérience

L’été se termine et on se souvient encore du nombre de fois qu’on a dû passer le rasoir ou l’épilateur pour être impeccable sur la plage. Cette fois, on ne nous y prendra plus, on prend les devant et on se lance : fini de perdre son temps ou de souffrir toutes les deux semaines, on choisit l’épilation définitive pour se débarrasser des poils que l’on ne veut pas une bonne fois pour toutes. Epilation définitive au laser ou à la lumière pulsée ?

Oui mais comment, où, combien ? Chez le médecin ou dans un institut ? Soyez attentive, je vous explique tout.

Epilation définitive au laser: comment ça marche ?

On utilise le terme LASER pour Lumière Amplifiée par Stimulation d’Emission de Rayonnements.
Le principe repose sur l’émission d’un “concentré” de lumière dont l’énergie va détruire la racine du poil dans sa phase de croissance.

Les poils ne poussent pas tous en même temps et ont une phase de repos de plusieurs mois entre deux cycles de pousse. Le poil a un stade de croissance de 5 à 18 mois qui se caractérise en plusieurs phases:
> Phase anagène : C’est la pousse du poil
> Phase catagène : C’est la phase de repos
> Phase télogène : Elle correspond à la chute du poil

C’est pour cela qu’il est nécessaire d’effectuer plusieurs séances, car les poils ne poussent pas tous en même temps et pas à la même vitesse. Le laser n’agit efficacement que sur les poils en phase de croissance. Ces poils ne représentent que 15 à 20% de tous nos poils.

Il est recommandé de faire 8 à 10 séances selon la zone traitée. Les premières séances sont espacées de 1 mois voire 1 mois ½ puis elles sont de plus en plus espacées car elles dépendent de la repousse du poil. Une fois tombés après le traitement au laser, il faut attendre qu’ils repoussent pour faire la séance suivante. Ce laps de temps dépend donc de chacun mais globalement au bout de 2-3 mois quand on a fait 4-5 séances.

Pour aller plus loin : L’énergie lumineuse envoyée par le laser va être absorbée par la mélanine située dans le bulbe pilaire et sera transformée en chaleur. Le but est de détruire les structures germinative profondes du poil (le bulbe) grâce à cet effet thermique pour qu’il ne puisse plus repousser. Et tout cela sans endommager les autres structures de la peau bien évidemment.

Laser ou lumière pulsée ?

Souvent moins chère, la lumière pulsée proposée en institut est parfois privilégiée face au laser effectué dans un cabinet médical. Leur discours est pourtant le même : détruire les poils afin qu’ils ne repoussent plus, ce qui peut porter à confusion.
Qu’est-ce qui les différencie ? Lequel choisir ?

Un peu de théorie
Le laser délivre une lumière monochromatique (une seule longueur d’onde) d’une énergie importante qui reste “focus” sans diverger.
Les lampes pulsées émettent une lumière polychromatique (plusieurs longueurs d’onde) ce qui la rend plus disperse.

Pour éliminer toutes ces longueurs d’ondes indésirables émises par la lampe pulsée, un filtre est utilisé ce qui rend l’énergie moins importante car moins concentrée.

Conclusion
Dans le cas de la lumière pulsée, l’énergie émise aura tout de même un impact sur le bulbe, mais comme l’énergie émise est moins intense, on parle d’épilation longue durée. Plus de séances seront nécessaires et plus de retouches également avec la technique de l’épilation par lumière pulsée.

Dans le cas du laser, on peut presque parler d’épilation “définitive”. Il faut toutefois garder en tête que les résultats peuvent varier en fonction de l’âge, de la zone traitée et des modifications hormonales et il peut y avoir des repousses. Mais globalement l’épilation sera plus efficace avec le laser.

A noter : L’épilation définitive au laser ne peut être effectuée que dans un cabinet médical par un médecin. Soyez vigilante quand vous choisissez votre centre. Je vous recommande fortement de vous diriger vers un médecin dermatologue ou un cabinet de médecine esthétique.

Quelles conditions pour une épilation définitive au laser efficace ?

Le laser fonctionne avec la mélanine du poil, ce qui signifie que plus le poil est foncé et plus le laser sera efficace. Les meilleurs candidats à l’épilation au laser sont donc des personnes à peau claire et poils foncés.

Poils foncés

Les poils blancs ne peuvent pas être traités au laser car ils ne contiennent pas de mélanine. Les poils blonds, roux ou fins sont plus difficilement traitables car il y a moins de “cible” pour le rayon lumineux.
Une première séance est toujours établie pour déterminer avec le médecin si le poil est suffisamment foncé pour que l’épilation soit efficace, et bien souvent cette séance n’est pas facturée.

Peau claire/non bronzée

Pour l’épilation définitive au laser, on dit que plus la peau est claire et plus c’est efficace en plus d’avoir des poils foncés car les personnes bronzées ou ont une quantité de mélanine dans la peau plus importante. Ce qui constitue une “barrière”: le laser rencontre d’abord la mélanine de la surface de la peau et non pas la mélanine du poil ce qui peut causer une brûlure.

Pour les personnes à la peau métisse ou noire, pas de panique des lasers spécifiques existent. On pourrait se dire qu’en étant bronzé on pourrait avoir la peau quand même plus claire que certaines personnes non bronzées mais il y a une différence entre la mélanine naturellement présente dans la peau qui détermine notre teinte de peau et la mélanine produite par défense aux rayons UV lors de l’exposition au soleil. Donc pas d’exposition au soleil si on veut faire l’épilation au laser ! On fait ça en hiver quand on a “débronzé” de l’été et en attendant l’été suivant.

Femmes enceintes ?

Il n’y a pas de “contre-indications” aux femmes enceintes pour l’épilation définitive au laser. Toutefois il est préférable d’éviter de commencer pendant la grossesse car il est préférable d’attendre une stabilisation hormonale. En effet le cycle pileux est très impacté par la production d’hormones, ce qui pourrait rendre l’épilation définitive au laser moins efficace qu’en temps normal.

Contre-indications majeures

Il est donc nécessaire de ne pas s’être récemment exposé au soleil ou d’avoir fait des séances UV avant de commencer l’épilation définitive au laser.
Il ne faut pas non plus avoir utilisé des produits autobronzants ou activateurs de bronzage (par exemple des gélules) pour une efficacité optimale.

Attention aux traitements qui sensibilisent la peau (ex: roaccutane, antibiotiques…)

A retenir pour une épilation définitive au laser efficace :
> Poils foncés, épais
> Peau claire (ou du moins non bronzée!)
> Attendre la fin de sa grossesse

Déroulement d’une séance d’épilation définitive au laser

Il faut raser la zone à épiler la veille ou jusqu’à 2-3 jours avant le rendez-vous pour que la peau ne soit pas sensibilisée par le rasoir et que l’on puisse voir l’émergence des poils. C’est plus pratique pour cibler au mieux la zone.

Pendant toute la durée de la séance, on porte des lunettes de protection oculaire afin de prévenir tout risque oculaire lié à l’utilisation du laser. Le praticien passe le laser sur la zone choisie. L’appareil ressemble à un gros stylo avec un anneau lumineux qui cible la zone, relié à une machine. Toutes les 1 ou 2 secondes, une pulsion lumineuse est dégagée. C’est à ce moment que ça fait un peu mal. C’est plus ou moins rapide selon la zone à traiter, cela va de 5min pour les aisselles à 1h pour plusieurs zones par exemple. La douleur dépend également de la surface traitée.

Pendant la séance ça sent le cochon grillé, normal les poils sont cramés !! Ça surprend mais c’est normal. La peau devient rouge et sensible à la fin de la séance ce qui est normal, l’effet disparaît rapidement. Une crème cicatrisante est appliquée pour soulager la sensation de picotement et doit être appliquée pendant 48h. J’utilise la crème Cicalfate de Avène (recommandée par le cabinet).

Les poils vont ensuite littéralement tomber au bout d’une dizaine de jours. A partir du moment où on a commencé l’épilation définitive au laser il est interdit d’épiler le moindre poil. Sinon on doit tout recommencer. Le poil tombe de lui même suite à l’épilation au laser mais on ne doit surtout pas le retirer avec une pince.

L’épilation définitive au laser, est-ce que ça fait mal ?

Les lasers utilisent une technologie qui permet de souffler de l’air froid pour désensibiliser la zone traitée. Pour les plus douillettes, vous pouvez mettre une crème anesthésiante, type Emla (sur ordonnance), 2h avant le début de la séance. C’est très efficace !

L’appareil est placé au contact de la peau et émet une impulsion lumineuse. Une sensation de picotement ou de brûlure très vive est ressentie.

La douleur dépend beaucoup de la zone traitée: pour les aisselles, vraiment aucune douleur. Le maillot en revanche est beaucoup plus sensible et ça fait mal, mais c’est l’espace de 2-3 minutes donc c’est largement supportable! C’est comme une sensation de piqûre avec une aiguille.
Ce sont les deux zones que j’ai traitées, donc je ne saurais pas dire pour les autres zones.

Contrairement à l’épilation à la cire ou à l’épilateur que l’on doit refaire toute sa vie toutes les 3 semaines, ça vaut quand même le coup d’avoir un peu mal pendant quelques minutes, non ?

L’épilation définitive au laser : mon expérience

Je suis blonde à la peau très claire en hiver, je n’étais donc pas la meilleure candidate pour l’épilation définitive au laser. Il faut savoir que je me suis toujours épilée soit à la cire ou à l’épilateur. Sauf le maillot j’ai vite adopté le rasoir (oups).
J’ai choisi de faire dans un premier temps deux zones : les aisselles et le maillot.
Le laser utilisé est le laser Alexandrite GentleMax PRO de CANDELA.

Pourquoi je l’ai fait ?

Au niveau des aisselles j’avais la peau assez fragile et des poils peu coopératifs qui poussaient sous la peau et me faisaient une petite boule, ma peau s’était épaissie à cet endroit et cela laissait une trace/cicatrice pas très jolie. J’en ai eu marre et c’est ce qui m’a poussée à le faire. Aujourd’hui je n’ai plus de boule, ma peau est redevenue normale et plus de trace liée aux poils sous la peau en vue !

Concernant le maillot, comme tout le monde j’en ai eu marre de m’épiler régulièrement parce qu’on se le dise ça fait mal ! Le rasoir m’irritait la peau, j’ai même essayé l’épilateur spécial bikini (mauvaise idée ça fait très mal). Et la repousse était toujours un enfer. J’avais des poils sous la peau qui formaient comme des petits kystes, un enfer ! L’avantage au niveau du maillot c’est que les poils sont souvent bien foncés et drus, c’est donc parfait pour l’épilation définitive au laser.

Je voulais également faire les ½ jambes mais lors de ma première séance, on m’a dit que mes poils étaient trop clairs, que je devais donc raser quelques temps pour qu’ils soient plus épais. Mais c’est un mythe, raser les poils ne les a jamais transformés en plus épais.

Au bout de combien de temps je suis tranquille ?

Dès les premières séances, les poils tombent sous une dizaine de jours et ne repoussent pas immédiatement donc rapidement ça nous simplifie déjà la vie.

Les praticiens recommandent entre 6 et 10 séances pour arriver à bout de nos poils mais c’est vous qui voyez ! C’est une moyenne mais si vous voyez qu’au bout de 6 ou 7 séances vos poils ne repoussent plus ça ne sert à rien d’y retourner. Il sera peut être judicieux de faire une retouche par an pour les poils les plus récalcitrants.

J’ai commencé en octobre 2018 et pendant 1 an j’y suis allée à intervalle régulier. Les trois premières séances étaient espacées de 6 semaines puis entre 2 et 3 mois pour les suivantes. J’en suis actuellement à 7 séances. J’ai beaucoup déménagé pendant mes études ces deux dernières années (à l’étranger et en France) donc je n’ai pas été des plus assidues après la première année. Ma dernière séance date de janvier 2020, j’aurais dû y retourner en avril/mai (avant l’été) mais comme tout le monde pendant le confinement je me suis exposée au soleil. Je ne pouvais donc pas faire le maillot et je ne voulais pas être en décalé par rapport aux aisselles. J’ai donc décidé de décaler à la fin de l’été ma prochaine séance (l’été qui se prolonge ici à Cannes!).

Mes poils sont beaucoup plus fins et moins nombreux au niveau des aisselles. En ce qui concerne le maillot il y a des zones où les poils ne repoussent plus et pour ceux qui sont toujours là ils sont bien plus fins!! Je vais encore faire quelques séances pour m’en débarrasser définitivement.

Pour ceux qui ne sont pas très assidus, pas de panique le principal est de respecter les 3-4 premiers rendez-vous en fonction du cycle de repousse (soit un délai de 5-6 semaines entre chaque) mais ensuite les rendez-vous peuvent être plus espacés. Pensez à tenir un “journal de rendez-vous” pour avoir une idée de où vous en êtes dans vos séances.

Combien ça coûte ?

Bien évidemment chaque cabinet médical propose ses propres prix. Je suis allée dans un cabinet de médecine esthétique à Lyon puis à Cannes lorsque j’ai déménagé. Tous deux avaient des tarifs différents.

A Lyon, j’ai choisi le cabinet médical Foch du Dr Denis Guillo. J’ai pu bénéficier d’une réduction étudiante de -20% sur les tarifs, ce qui me revenait à 184€/séance pour le maillot brésilien et les aisselles.

Pour le cabinet de Cannes, j’ai choisi celui du Dr Victor Médard où j’ai payé 120€/séance.

A savoir

Il faut que les poils aient repoussé avant de refaire une séance. Si vous avez programmé un rendez-vous 6 semaines après et que vos poils sont tombés mais n’ont pas repoussé, pas la peine d’y retourner. Attendez que vos poils aient repoussé pour reprendre rendez-vous.

Respectez bien le délai de 4 à 6 semaines pour vos 3 à 4 premières séances, c’est là que le poil est le plus récalcitrant. Ensuite vous pouvez espacer sans problème si vous avez des impératifs et que vous ne trouvez pas le temps d’y retourner. L’idée n’est pas d’y aller une fois par an bien évidemment mais si vous ne pouvez pas y aller pendant 3 mois ce n’est pas bien grave.

La crème anesthésiante Emla est à utiliser 2h avant pour une moindre douleur lors de la séance. J’en appliquais systématiquement et c’est très efficace, pour les aisselles je ne sentais absolument rien. J’avais mal pour le maillot mais j’imagine beaucoup moins que si je n’avais rien mis au préalable !! Elle a une durée d’action jusqu’à 3h30-4h.
L’astuce est de mettre du cellophane une fois que la crème est appliquée. On met la crème en quantité généreuse, cela doit former une couche épaisse puis on pose du cellophane dessus et on le garde jusqu’à l’arrivée au cabinet. Pour le maillot, il faut s’envelopper dans le cellophane comme pour créer une culotte après avoir appliqué la crème.

Une fois qu’on a commencé l’épilation définitive au laser, on bannit toute forme d’épilation à la cire, à la pince ou à l’épilateur !! A partir de maintenant, on rase, on rase. Surtout on laisse le bulbe là où il est. Ça va il y a pire comme restriction.

Et le risque de cancer dans tout ça ?

Quand je partageais mon expérience par rapport à l’épilation définitive au laser j’ai eu pas mal de réticences de mes amies par rapport au risque de cancer du sein pour l’épilation des aisselles, au risque de cancer des ovaires par rapport à l’épilation du maillot ou même un risque de cancer de la peau.

Pas de panique, la longueur d’onde du laser ne modifie en rien l’ADN de vos cellules. Je vous explique.
Ce qu’il faut savoir c’est que le spectre de lumière est composé de plusieurs couleurs, caractérisées par plusieurs longueur d’ondes (λ en nm), de la plus petite à la plus grande, qui vont du violet au rouge.

Chacune de ces longueurs d’onde (λ) correspond à une couleur:
> 400nm correspond au violet
> 800nm correspond au rouge

Les rayons UV (à gauche sur le spectre) sont les rayons émis par le soleil (UV-A et UV-B), ce sont les rayons les plus dangereux. Ils ont une petite longueur d’onde (400nm) ce qui leur permet de traverser la peau et d’aller profondément atteindre l’ADN de nos cellules, le dégrader, ce qui peut conduire à long terme à un cancer.

Les rayons IR quant à eux (à droite sur le spectre), qui correspondent au laser, ont une grande longueur d’onde (800nm), ce qui ne leur permettent pas d’entrainer des mutations dans notre ADN. Il est à l’opposé sur le spectre lumineux. Le laser n’a donc pas de potentiel cancérigène car les longueurs d’ondes utilisées sont en dehors du spectre cancérigène de la gamme UV.

Il faut tout de même faire attention aux grains de beauté lors de l’épilation. C’est pourquoi le praticien colore les gros grains de beauté avec un crayon blanc et ne passe pas le laser dessus.

Le mot de la fin
Tout cet article pour vous dire que si vous avez la possibilité de faire l’épilation définitive au laser, le budget et l’envie, alors lancez-vous ! Ça en vaut carrément le coup, ne plus avoir à se soucier de nos poils qui nous dérangent c’est un avantage non-négligeable de temps et d’énergie.

Je pense avoir fait le tour du sujet en partageant mon expérience et les réponses aux questions auxquelles j’ai moi-même eu. Si vous avez des questions auxquelles je n’ai pas répondu dans cet article n’hésitez pas à les poser en commentaire ou à m’envoyer un message sur Instagram. Je me ferai un plaisir d’y répondre !
Pour celles qui l’ont déjà fait, partagez votre expérience dans les commentaires !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :